La dépendance au sucre : c’est quoi ? 

Dépendance au sucre
Table des matières

Nous en récompensons les enfants pendant les vacances ou pour un travail bien fait à l’école. Et nous nous récompensons nous-mêmes avec du sucre après une journée particulièrement stressante ou pour fêter un anniversaire ou une réussite particulière. Nous ajoutons du sucre à notre café, nous l’incorporons à nos friandises préférées et nous l’étalons sur notre petit-déjeuner. Nous aimons les sucreries. Mais souffrons-nous de dépendance au sucre ? 

 De plus en plus de recherches indiquent que l’excès de sucre pourrait créer une dépendance aussi forte que certaines drogues ! Et avoir des effets similaires sur le cerveau.

Le terme dépendance est très fort, déclare le Dr Alan Greene, spécialiste de la santé et du bien-être des enfants ». En médecine, nous utilisons le terme « addiction » pour décrire une situation où la chimie du cerveau d’une personne a été modifiée pour l’obliger à répéter une substance ou une activité malgré des conséquences néfastes. C’est très différent de l’utilisation occasionnelle du mot dépendance (« Je suis accro à « Game of Thrones » ! ») ».

Selon le Dr Greene, les preuves s’accumulent que trop de sucre ajouté pourrait conduire à une véritable addiction.

Addiction au sucre : 3 aliments sucrés à FUIR absolument ! 

Qu’est-ce qu’une dépendance au sucre ?

Manger du sucre libère des opioïdes et de la dopamine dans notre corps. C’est le lien entre le sucre ajouté et le comportement addictif.

La dopamine est un neurotransmetteur qui joue un rôle clé dans le fonctionnement de l’organisme.e Mais aussi dans « circuit de la récompense » associé aux comportements de dépendance. Lorsqu’un certain comportement provoque une libération excessive de dopamine, vous ressentez une sensation agréable que vous êtes enclin à expérimenter à nouveau, et donc à répéter le comportement.

Au fur et à mesure que vous répétez ce comportement, votre cerveau s’adapte pour libérer moins de dopamine. La seule façon de ressentir la même sensation qu’avant est de répéter le comportement en quantité et en fréquence croissantes. C’est ce qu’on appelle l’abus de substances. 

Le sucre active les récepteurs opiacés dans notre cerveau et affecte le centre de récompense. Ce qui entraîne un comportement compulsif. Malgré les conséquences négatives comme la prise de poids, les maux de tête, les déséquilibres hormonaux, etc. »

En effet, des recherches menées sur des rats par le Connecticut College ont montré que les biscuits Oreo activent davantage de neurones dans le centre du plaisir du cerveau des rats que la cocaïne ! 

Une étude réalisée en 2008 à Princeton a révélé que les rats pouvaient devenir dépendants du sucre. Et que cette dépendance pouvait être liée à plusieurs aspects de la toxicomanie : envies, fringales et sevrage.

Des chercheurs français s’accordent à dire que le lien entre le sucre et les drogues n’est pas qu’une théorie. Non seulement il est vrai. Mais ils ont également déterminé que les récompenses ressenties par le cerveau après la consommation de sucre sont même « plus gratifiantes et attrayantes » que les effets de la cocaïne.

« Les histoires dans la presse sur les Oreos plus addictifs que la cocaïne ont peut-être été exagérées », admet Greene, « mais nous ne devrions pas prendre à la légère le pouvoir du sucre ajouté de nous attirer encore et encore, et de nous priver de notre santé. »

Il ajoute : « La dépendance médicale modifie la chimie du cerveau pour provoquer des fringales, des envies de manger, des symptômes de sevrage et une sensibilisation. »

Le sucre est également beaucoup plus répandu ! Disponible et socialement acceptable que les amphétamines ou l’alcool, et donc plus difficile à éviter. Il est donc plus facile de développer une dépendance au sucre. 

« L’analogie avec la drogue est toujours difficile car, contrairement aux drogues, les aliments sont nécessaires à la survie ». Explique Andy Bellatti, MS, RD, directeur stratégique de Dietitians for Professional Integrity.

« Cela dit, des recherches ont démontré que le sucre peut stimuler le centre de traitement de la récompense du cerveau. D’une manière qui imite ce que nous observons avec certaines drogues récréatives. »

Bellatti ajoute : « Chez certaines personnes ayant certaines prédispositions, cela pourrait se manifester par une dépendance aux aliments sucrés. »

Sevrage du sucre : 4 conseils pour vous lancer et réussir !

Qu’est-ce que le sucre ajouté ?

Les « sucres ajoutés » comprennent à la fois les sucres naturellement présents dans le miel et les jus de fruits. Et les sucres ajoutés aux aliments et aux boissons. Sur les étiquettes des aliments, les sucres ajoutés comprennent des mots tels que glucose, sirop de maïs, sucre brun, dextrose, maltose et saccharose, ainsi que de nombreux autres. Ils sont importants à retenir pour  lutter contre la dépendance au sucre. 

En 2015, l’OMS a encore suggéré de réduire la consommation quotidienne de sucre à moins de 5 % des calories, soit environ 6 cuillères à café. 

La plupart de ces sucres proviennent des boissons ! Notamment les boissons énergisantes, les boissons alcoolisées, les sodas, les boissons fruitées, le café et le thé sucrés.

 Les en-cas constituent une autre source fréquente. Il ne s’agit pas seulement des produits les plus évidents, comme les brownies ou les biscuits. Vous pouvez également trouver de grandes quantités de sucre ajouté dans le pain, la vinaigrette ou les barres de céréales.

En fait, une enquête a révélé que des édulcorants riches en calories sont présents dans plus de 95 % des barres de céréales, des céréales et des boissons sucrées. Le plus souvent sous forme de sirop de maïs, de sorgho et de sucre de canne.

L’Office de prévention des maladies et de promotion de la santé suggèrent de réduire la consommation de sucres ajoutés à moins de 10 % des calories par jour. 

 Pour aider les consommateurs, la Food and Drug Administration a mis au point un nouvel étiquetage des aliments. Ce dernier indique séparément les sucres ajoutés, que les fabricants sont tenus d’utiliser.

ARRÊTER LE SUCRE en 21 Jours 

« Vous avez besoin de nourriture pour survivre. Et je pense qu’il est irréaliste de penser que vous pourrez complètement « abandonner » le sucre », déclare Alex Caspero, MA, RD, blogueur, coach de santé et fondateur de Delish Knowledge. »

Le problème est que nous ne sommes pas faits pour apprécier les sucres en quantités aussi concentrées.

« Dans la nature, le sucre se trouve entouré de fibres, dans la canne à sucre et les fruits. Il se présente naturellement dans un contenant qui produit une réponse glycémique plus courte et favorise la satiété. Les sucres d’aujourd’hui sont raffinés et concentrés. »

M. Caspero ajoute : « La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons adapter nos papilles gustatives pour accepter moins de sucre. Réduire le sucre, en particulier les sucres concentrés, permet non seulement de limiter la quantité de sucres ingérés, mais aussi de faire en sorte que les aliments moins sucrés semblent plus sucrés. »

stop sucre

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Auteur

Wilfried

Votre expert en nutrition, coach, formateur, et conseiller scientifique qui vous accompagne pour améliorer significativement votre santé via l’alimentation.
Wilfried LAUNAY est aussi un auteur reconnu dans son domaine, un conférencier, et a réuni une communauté fidèle de prêt de 150 000 personnes sur YouTube, avec plus de 10 000 000 de vues !